Football nationalInterclubs CAFTransfert

Affaire Malango: Mazembe porte plainte à la FIFA

Annoncé tambour battant au Raja Casablanca, Ben Malango devra patienter avant d’enfiler ses nouvelles couleurs. Pour cause, une plainte du TP Mazembe adressée à la FIFA et contestant ce transfert. Dans cette missive, les Corbeaux de Lubumbashi réclament que justice leur soit rendue. Pour faire foi, le club de Lubumbashi brandit une copie du contrat du joueur. Selon ce document, «Big Ben» est lié à Mazembe jusqu’en 2021.

De son côté, le joueur nie l’authenticité de ce contrat. Malango se dit libre de tout contrat depuis juillet dernier. De ce fait, il s’estime libre de signer avec le club de son choix. Dans l’entourage du joueur, on persiste et signe. Pas question d’abdiquer. «Malango est déterminé d’aller jusqu’au bout de cette affaire car il ne reconnaît pas ce contrat», confie à Ndembo un proche du joueur.

Pour rappel, Malango a paraphé, le 15 août 2019, un contrat de 3 ans avec le club marocain de Raja Atltétic. Alors que Mazembe réclamait 1.500.000 USD, le club marocain n’était prêt à débourser que la moitié. Si des bruits faisant état de l’expiration du contrat de Malango avaient couru dans un premier temps, la Fédération congolaise de football association -FECOFA- avait, dans une correspondance adressé à la Fédération Royale marocaine de football -FRMF-, mis le point sur les i. Malango dispose bel et bien d’un contrat en cours. L’opinion s’interroge dès lors sur l’obstination du club marocain à outrepasser les bornes. Il y a anguille sous roche. Pire, ce n’est pas la première fois qu’un joueur congolais s’envole pour le Maroc par la petite porte. Lema et plus récemment Bompunga ont quitté V. Club pour le royaume chérifien. A ce jour, le club de la capitale n’a jamais reconnu une quelconque transaction. De son côté, Mazembe, réputé club modèle n’est pas non plus épargné par l’exode des joueurs. Mputu Mabi et Alain Kaluyituka ont également défié le club champion de la RD-Congo.

Dans cette panoplie de transferts en mode «marché noir», une seule question vaut son pesant d’or: comment des joueurs transférés illégalement se produisent à l’extérieur alors que la réglementation veut qu’il y ait envoi d’un certificat international de transfert -CIT- de la fédération d’origine vers la fédération de destination? Seule la FECOFA peut y répondre sans ambages.

Michaël Lurhuma

Partager:
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer