FeaturedInterclubs UEFA

UCL: Liverpool rêve d’une « REDmontada »

Ce soir à Anfield, Liverpool aura un objectif, marquer trois buts sans en encaisser. Une semaine après sa cinglante défaite au Camp Nou (0-3), les Reds retrouvent le FC Barcelone avec l’intention de remonter 3 buts afin de continuer de rêver d’une improbable deuxième finale d’affilée en Champions League. Avec les absences confirmées de Salah, Firmino et Keita, la mission s’annonce difficile certes, mais pas impossible si on se réfère à l’histoire de la compétition. A Anfield, les Reds ne marchent jamais seul et avec leurs supporters, ils sont capables d’exploits. Pour Klopp, 3 buts peuvent être remontés en 5 minutes, Liverpool l’a déjà fait en 45 minutes lors de la finale de 2005 face à Milan, « 90 c’est largement suffisant », espère-t-on du côté de la Mersey.

En attendant la rencontre de ce soir, Ndembo vous fait revivre quelques remontada de legénde en C1 et qui peuvent inspirer les coéquipiers de Sadio Mane

  • Le grand Barcelone de Louis Van Gaal
    À la fin du siècle dernier, sous la houlette de Louis Van Gaal, le Barça peine à se faire respecter sur la scène européenne. Toutefois, quand en printemps 2000, les Catalans croisent la route de Chelsea en quarts de finale de la Ligue des Champions, ils retrouvent subitement leur superbe et ce côté rouleau compresseur qui fait leur réputation. Après une défaite 1-3 à l’aller, ils renversent tout au retour en gagnant 5-1 après prolongation. Rivaldo est le héros de cette soirée avec un doublé réussi, tandis que Luis Figo, futur merengue, signe son dernier but avec les Blaugrana sur la scène continentale.
  • 2004, l’ouragan Deportivo renverse Milan (4-1, 0-4)
    • Milan est champion d’Europe en titre quand il croise le fer avec le Deportivo La Corogne en demi-finale de l’édition 2003/04 de la C1. Victorieux 4 à 1 à l’aller, les Rossonerri croient logiquement que le billet pour le dernier carré est dans la poche. Mais, à l’extérieur, les Lombards se désagrégent totalement. Au Riazor, les hommes de Carlo Ancelotti se loupent dans des proportions incroyables et livrent une prestation indigne de leur statut. À la pause, ils se retrouvent déjà en position d’éliminés en prenant trois buts. Au retour des vestiaires, ils en encaisseront un quatrième. « La Galice jusqu’à la lie ».
  • 2012: Di Mateo ressuscite Chelsea devant Naples (3-1, 1-4 a.p.)
    • En Après une très longue attente, Chelsea finit par monter sur le toit du continent. Les Blues sont couronnés, mais en ayant connu un parcours tortueux avec notamment un huitième de finale contre Naples où ils sont passés par toutes les émotions. Didier Drogba et consorts ratent leur voyage à San Paolo, s’inclinant sur le score de 3-1. Personne ne les voit alors renverser la vapeur. C’est pourtant c’est ce qu’ils feront au retour devant leur public. A domicile, ils l’emportent 4-1 après prolongation avec un but décisif, signé Branislav Ivanovic
  • 2016: La soirée magique de Ronaldo act 1 devant Wolfsburg
    • La légende Zinedine ZIdane serait-elle autant spéciale si en avril 2016 son équipe s’était faite sortir par Wolfsburg en Ligue des Champions? Il y a fort à parier que non. Avant de soulever la première de ses trois Coupes aux grandes oreilles en tant que coach, le Français a sérieusement tremblé, notamment après le revers 2-0 à l’aller en Allemagne. Les affaires étaient mal engagées, mais Cristiano Ronaldo a endossé le costume du sauveur pour marquer un triplé à Bernabeu et propulser les siens en demi-finale.
  • 2017: la remontada barcelonaise
    • Sous la coupe d’Unai Emery, le PSG a réussi en 2016/17 l’une de ses prestations les plus abouties sur la scène européenne en laminant le Barça au Parc des Princes (4-0). Malheureusement pour les Franciliens, cette démonstration de force a été suivie par un véritable fiasco au match retour. En terre catalane, les champions de France se font surclasser, et multiplient les erreurs les unes après les autres. Jusqu’à un quart d’heure de la fin, et malgré cette copie calamiteuse, ils ont toujours trois buts d’avance au tableau d’affichage. Un avantage qui va fondre comme la neige au soleil avec un dernier but fatal inscrit par Sergio Roberto dans les arrêts de jeu.
  • 2018: la surprise romaine
    • Le Barça a renversé le PSG en 2017, mais la saison d’après c’est au tour des Catalans de vivre une cruelle désillusion avec un scénario comparable. En quarts de finale, Messi et ses coéquipiers croient avoir assuré le plus dur en dominant l’AS Roma tranquillement sur le score de 4-1. Cependant, au Stadio Olimpico, ils proposent un visage totalement contrasté. Certainement trop sûrs de leurs forces, ils passent complètement à côté de leur match. Dzeko, De Rossi et Manolas précipitent l’élimination de l’ogre blaugrana.
  • 2019: la soirée magique de Ronaldo act 2
    • Le tout premier déplacement de l’histoire de la Juventus au Stade Wanda Metropolitano se solde par un cuisant échec. Malgré une première période solide, les Bianconeri tombent contre les Rojiblancos en encaissant deux buts sur les coups de pieds arrêtés. La qualification devient alors compromise. La vieille dame réussit cependant à se rebiffer au match retour. Un sursaut d’orgueil qui porte la signature de Cristiano Ronaldo. Déchainé, après avoir notamment été pris en grippe par les supporters espagnols à l’aller, le Portugais réalise, comme en 2016 avec le Real, un match éclatant, agrémenté par un triplé. A lui seul, il réussit à mater les matelassiers et qualifier la Juve pour le prochain tour où la vieille dame va tomber face a l’Ajax

Battu 3-0 au match aller , Liverpool saura-t-il a s’inspirer des ces remontadas? Le FC Barcelone de sa part est prévenu et sait à quoi s’en tenir.

Michaël Lurhuma

Partager:
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer