FeaturedFootball nationalLinafoot

VL1: V. Club, Ibenge et son pire début de championnat

A la tête de l’AS V. Club depuis 2013, Florent Ibenge a entamé il y a peu sa 8ème saison en tant que coach principal du club de la capitale. En 7 saisons, l’homme androïd a inscrit son nom en lettres d’or dans les annales de l’AS V. Club grâce à un palmarès riche et passe pour le meilleur entraineur de l’histoire du club vert et noir. Avec deux titres nationaux -2015 et 2018-, Ibenge n’a d’égal que son (ancien-actuel) adjoint Raoul Shungu, également double champion avec V. Club en 2003 et 2010. Sur le plan africain, Florent Ibenge a véritablement offert à V. Club une seconde jeunesse. Considérés comme un épouvantail sur le plan national, les «Dauphins noirs» de la capitale RD-congolaise avaient complètement disparu des radars africains après les épopées de 1973 et 1981 ainsi que les percées de 1998 et 2009. En 2014, Florent Ibenge s’en est allé de son exploit en menant Vita aux portes d’un titre inespéré en Champions League. Tour à tour, la saga «Ibenge coaché» a effacé des tablettes de géants comme Sfaxien et Zamalek avant de buter face à Sétif en finale sans  perdre: 2-2 et 0-0. Quatre ans plus tard, c’est encore devant un club du Maghreb que les hommes de «Ya Flo» ont buté en finale de la C2 cette fois-ci. Après une défaite, 0-2 au Maroc face à Raja, les kinois ont pu sauver l’honneur en s’imposant 3-1 à Kinshasa, insuffisant pour offrir au supercoach son premier titre africain en club.

Le début de la fin?

Nommé également sélectionneur des Léopards en 2014, Ibenge aura passer 5 ans sur le banc des Léopards, remportant une médaille d’or en CHAN et une autre en bronze dans la «grande CAN», avant d’être forcé à quitter la barque après la débâcle d’Egypte 2019. Redevenu «simple» entraineur de V. Club, Ibenge semble avoir perdu de sa superbe. Cette saison en Vodacom Ligue 1, son club n’est plus ce groupe conquérant que le public avait appris à apprécier. Après 11 matchs, Ibenge réalise, ni plus ni moins que son pire début de saison en championnat. Avec seulement 20 points au compteur, V. Club accuse 6 unités de retard sur son concurrent attitré, le TP Mazembe qui en plus compte deux matches en moins. En parallèle, DCMP, l’éternel rival d’antan, se réveille et compte également 20 unités en seulement 9 sorties.

Pour un club «normal», 20 points en 11 sorties est une moisson honorable sauf que V. Club n’a rien d’ordinaire. Chez les «Bana Mbongo», la culture de la gagne est ancrée dans les veines.

Et le titre dans tout ça?

Chaque saison, V. Club a un objectif parmi les objectifs: remporter le titre. Et même s’il est encore trop tôt pour prédire l’issue de la saison, V. Club semble être décroché de la course au titre quand on sait le rythme imposé depuis quelques saisons par le TP Mazembe. Le club de Lubumbashi ne perd pas plus de 10 points par saison depuis belle lurette. Et s’il faut ajouter le réveil de DCMP dans la balance, l’équation devient difficile à résoudre pour Florent Ibenge et ses hommes. Comparativement, V. Club après 11 journées la saison passée comptait déjà  28 points, soit 8 de plus que cette saison. Malgré cela, il avait fini loin derrière Mazembe à la fin de la saison. Lors de la saison 2017-2018 et malgré son début poussif, V. Club affichait déjà 23 points après 11 sorties. Pour rafler le titre, il a fallu une véritable opération commando lors de la phase retour.

Avec 3 points en moins que lors de la saison du titre, peut-on affirmait que tout est perdu? Rien ne l’augure surtout quand on se remémore de cette fameuse remontada de 2017-2018 et les 11 victoires d’affilée.

Dandjes Luyila

Partager:
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer