FeaturedFootball national

V. Club: Gabriel Amisi, l’artisan de la renaissance

Arrivé à la tête de l’AS V.Club en mars 2007, Gabriel Amisi Kumba a choisi le jour de son anniversaire, le 28 mai 2020, pour déposer officiellement sa lettre de démission au Conseil suprême. En attendant la suite qui sera réservée à sa requête, Ndembo.net revient sur les 13 années de celui qui aura réussi à asseoir le club de la capitale sur l’échiquier du football africain.

  • 10 participations en Champions League
    Quand il arrive à la tête de V.Club en remplacement d’Eugène Diomi Ndongala, le Général Amisi hérite d’un club à la rue. V. Club vient de terminer la saison 2006 à la dernière place du championnat national, derrière SC Inter, avec seulement 8 points en 10 matches disputés. Le défi est immense en ce jour de mars. En une année, le Général Amisi réussit à relever le club qui se hisse à la 3ème place la saison d’après et signe son come-back en Afrique, 4 ans après.
    Ce premier essai est bref. Le club sort dès les 8èmes de finale à Lubumbashi face aux Astres de Douala. Depuis, V. Club n’a plus jamais manqué la scène continentale avec 10 participations en C1 lors des 13 dernières saisons, mieux que dans toute l’histoire du club.
  • Lofo, le précurseur
    Durant ses 13 ans à la tête du club, le Général Amisi a signé plusieurs stars nationales et internationales. La première d’entre elles est sans nul doute Serge Lofo Bongeli. Arrivé au club en début de saison 2008, Lofo a réussi l’exploit de marquer 7 buts lors de deux premières journées de l’EPFKIN cette saison, de quoi se payer une place dans les cœurs des supporters. Devenu capitaine quelques mois plus tard, Lofo mènera ses coéquipiers aux portes des demi-finales de la C2 2009.
  • Lukong, l’égérie
    Une année après avoir éliminé V. Club à Lubumbashi, Astres de Douala cède son gardien aux Kinois. Depuis, Nelson Lukong a inscrit son nom dans les annales du club. Il a été le gardien titulaire lors de 3 derniers titres nationaux et de 2 finales continentales de V. Club. Il est simplement le plus grand joueur de V. Club des 15 dernières années.
  • Florent Ibenge, l’allié inconditionnel
    En décembre 2012 quand il est embauché par le tandem Kazadi-Amisi, Florent Ibenge est un parfait inconnu. Sa seule référence: une photo où il s’affichait avec Nicolas Anelka dont il était l’adjoint au club chinois de Shangaï Shenhua. L’année d’après, il tient tête au Zamalek pour sa première participation en C1. Deux ans après, il se hisse en finale de cette compétition, battant au passage son tombeur la saison d’avant en aller et au retour. Depuis, l’histoire d’amour entre Amisi et Ibenge a survécu aux vagues et tempêtes.
  • Une première démission en 2012
    Lors de la Champions League 2012, V. Club enregistre une de ses premières défaites au Stade des martyrs. Après un nul de 0-0 en Algérie, ASO Chlef réussit à surprendre les Kinois, 2-3 score final. La défaite est amère, Amisi est pris à parti et décide de jeter l’éponge. Seulement sa lettre de démission n’est pas approuvée par le Conseil suprême. C’était reparti pour 8 nouvelles années de romance.
  • 2014, l’apogée en Afrique et le loupé en Linafoot
    Deux ans plus tard, l’épisode «démission» est loin derrière. V. Club, entrainé par Florent Ibenge depuis une saison, débute sa campagne en battant difficilement Kano pillars, 3-1 à Kinshasa. Dix mois plus tard, le club se qualifie pour la finale après un hold-up parfait face au CS Sfaxien. Une finale sans gagnant face à Setif qui remporte cependant le titre pour avoir marqué 2 buts à Kinshasa.
    Concentrée sur sa campagne africaine, V. Club bat de l’aile en championnat national et se laisse coiffer par Mazembe et Sanga Balende au classement final. Pas de C1 l’année d’après.

En attendant la décision finale du Conseil suprême, vous pouvez retrouver la suite de notre dossier spécial en cliquant ici.

Team Ndembo

Partager:
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer