FeaturedFootball national

V. Club – Dossier Amisi: Mundele et Mubele, symboles d’une stabilité sur le continent

Arrivé à la tête de l’AS V.Club le 27 mars 2007, Gabriel Amisi Kumba a choisi le jour de son anniversaire, le 28 mai 2020, pour déposer officiellement sa lettre de démission au Conseil suprême. En attendant la suite qui sera réservée à sa requête, Ndembo.net revient sur les 13 années de celui qui aura réussi à asseoir le club de la capitale sur l’échiquier du football africain. Retrouvez le 6 premières lignes ici. Place à la suite.

  • Mubele et Mundele, les artilleurs
    Réputée «attaque mitraillette», V.Club a vu défiler plusieurs attaquants de renom. Lors des 13 dernières années, 2 ou plutôt 3 ont marqué les esprits. En plus d’Etekiama, sacré par 2 fois meilleur buteur du championnat national, Mubele et Mundele passent pour les meilleurs attaquants de V. Club des 15 dernières années. Le premier a connu son ère de gloire entre 2013 et 2015. Durant cette période, Firmin Mubele a terminé une fois meilleur buteur du championnat national (2015) et deuxième buteur de la Champions League (2014). En 2014, il est désigné meilleur joueur africain. Au passage, il est devenu le deuxième meilleur buteur du club en Interclubs de la CAF (11 buts) avant d’être surclassé par Etekiama (15 buts).
    Une année après le départ de «kata fumbwa», Makusu signe chez V. Club. En deux passages, l’ancien du DCMP réussit l’exploit de marquer 24 buts en championnat national lors de la saison 2017-2018 (record) et est à ce jour le meilleur buteur du club en Interclubs de la CAF avec 21 réalisations dont 17 inscrits lors de la seule année 2018.
  • Ngonda, la plus belle vente et Munganga, le recordman
    Durant ses 13 ans à la tête du club vert et noir, Amisi Kumba a excellé dans le business, réalisant des plus-values exceptionnelles sur la vente des joueurs. Cependant, sa plus belle affaire reste Glody Ngonda. Le meilleur joueur de la VL1 2018 a quitté le club en été 2019 pour la Ligue 1 Conforama et Dijon.
    De l’autre côté, Munganaga est, après Lukong, le joueur le plus capé du mandat de Tango 4. En Interclubs, «Ngulu» détient cependant le record des matches disputés avec pas moins de 35 matches, participant chacun des matches lors des campagnes 2014 et 2018.
  • Traoré, la tâche noire
    Après son absence en 2015, V. Club rejoue la C1 en 2016 avec l’espoir de rééditer son exploit de 2014. Tout commence bien avec une qualification pour les quarts de finale. Seulement, une affaire extra sportive viendra tout ravager. Le malien Idrissa Traoré, transfuge du Stade malien, participe à la campagne alors qu’il devait purger deux matches de suspension, V. Club est disqualifié.
  • Un centre sportif à la hauteur des ambitions
    Si son départ venait à être approuvé, Amisi Kumba aura légué un héritage immense, tant humain qu’infrastructurel. Sous son règne, le club s’est doté d’un centre sportif de 18 chambres à coucher, d’une salle de réunion de 64 sièges munie d’un écran géant pour des séances vidéo, d’une cuisine et d’un réfectoire. La salle de musculation est installée dans un autre bâtiment de ce centre qui dispose également des terrains de football, de basket, d’handball ainsi que d’une piscine.
  • La remontada au derby kinois
    Après un premier derby kinois perdu (3-1), les Dauphins noirs reprennent du poil de la bête face à leur éternel rival qu’ils battent en 2008 grâce à un but de Ntela, c’est le début d’une renaissance qui dure encore.
  • Le mandat le plus prolifique en Linafoot
    Avec 7 titres (3 championnats, 3 titres provinciaux et une super coupe) et deux finales continentales, Amisi Kumba détient le plus beau palmarès de l’histoire de V. Club. Sous son ère, V. Club n’a jamais terminé au-delà de la 3ème place au championnat national. En 14 saisons, il été vice-champion 7 fois et troisième 4 fois notamment lors de ses 3 premières années.
  • La vague «Sauvons V.Club»
    Au début de la saison 2019-2020, des supporters mécontents du mode de gestion du comité Amisi, notamment en ce qui concerne les transferts, décide de créer une structure qu’ils baptisent «Sauvons V. Club». Avec à leur tête un certain Musafisiri, ce groupe de supporters donne du fil à retordre au comité et réclame la tête du Général qu’ils accusent d’avoir vendu le club pour 100.000$. cette guéguerre ne profite pas au club qui multiplie des contre-performances en championnat national et rate le coche sur le continent.

Finalement, «Sauvons V.Club» remporte cette guerre avec la démission du Général, pourvu que le Conseil suprême l’approuve.

Team Ndembo

Partager:
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer